Exoplanètes : deux nouvelles superterres découvertes à proximité de la Terre

Des chercheurs rapportent dans une étude acceptée dans la revue Astronomy & Astrophysics, la découverte par le télescope spatial Tess de deux exoplanètes étrangement similaires à la Terre. Nommées HD 260655b et HD 260655c, ces deux superterres orbitent autour d'une étoile naine rouge, HD 260655, à 33 années-lumière de nous. Une distance qui fait de ce système « le quatrième système multiplanétaire connu le plus proche après HD 219134, LTT 1445 A et AU Mic », détaille l'étude.

Deux nouvelles superterres, inhabitables

Le télescope spatial Tess (Transiting Exoplanet Survey Satellite) de la Nasa s'applique depuis 2018 à détecter des exoplanètes associées aux étoiles lumineuses les plus proches de nous. Il utilise pour cela la méthode des transits : elle consiste à cibler une étoile pendant un laps de temps suffisant pour observer des variations de luminosité périodiques, dues au passage d'une planète devant son étoile hôte. Grâce à cela, les scientifiques peuvent ensuite remonter au diamètre de la planète, en utilisant l'intensité de la baisse de luminosité et la taille de son étoile.

Schéma illustrant le principe du transit planétaire s'accompagnant d'une baisse de luminosité (brightness) de l'étoile d'autant plus importante que l'exoplanète est de grande taille par rapport à son soleil. © Institute for Astronomy-University of Hawaï
Schéma illustrant le principe du transit planétaire s'accompagnant d'une baisse de luminosité (brightness) de l'étoile d'autant plus importante que l'exoplanète est de grande taille par rapport à son soleil. © Institute for Astronomy-University of Hawaï

Dans le cas de la naine rouge HD 260655, bien plus petite que le Soleil mais néanmoins suffisamment brillante, les chercheurs ont aussi déterminé sa masse grâce à la méthode des vitesses radiales. Elle permet de déduire l'influence gravitationnelle qui est exercée sur l'étoile, en observant des variations périodiques dans son spectre lumineux : lorsque la vitesse radiale de l'étoile change, les raies d'absorption se décalent. « Chaque planète en orbite autour d'une étoile va avoir une petite attraction gravitationnelle sur son étoile », explique Michelle Kunimoto, post-doctorante au MIT (Massachusetts Institute of Technology) et qui a...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles