Exoplanètes : découvrez la vue depuis la planète Trappist-1 h

Xavier Demeersman, Journaliste
·2 min de lecture

Imaginez que vous ayez parcouru les 40 années-lumière qui séparent notre Système solaire de celui de Trappist-1, dans la constellation du Verseau… Voici ce que vous pourriez voir depuis l’orbite de Trappist-1h, la plus éloignée des sept exoplanètes rocheuses détectées autour de cette étoile de type naine rouge ultra froide, à peine plus grosse que Jupiter.

Rappelons que c’est une découverte majeure : d’une part, parce que les sept planètes sont plus ou moins de la taille de la Terre, et d’autre part parce que trois d’entre elles figurent dans la zone tempérée de leur petit et pâle soleil… Autrement dit, si Trappist-1e, Trappist-1f et Trappist-1g (ce sont leurs noms) possèdent une atmosphère et de l’eau, il y a des chances que celle-ci soit à l’état liquide… Donc, il y a peut-être de la vie ! Toutefois, bien que petite, l’étoile-parent peut être instable et éructer des tempêtes dévastatrices pour ses petits astres compagnons. Surtout qu’ils sont tous très proches d’elle !

Illustration comparant l’étoile Trappist-1 et ses 7 planètes avec Jupiter et ses 4 plus grands satellites. © Nasa, Amanda J. Smith
Illustration comparant l’étoile Trappist-1 et ses 7 planètes avec Jupiter et ses 4 plus grands satellites. © Nasa, Amanda J. Smith

Trappist-1 h est-elle habitable ?

Si on transposait le système de Trappist-1 dans notre Système solaire, Trappist-1 h serait à un sixième de la distance qu’il y a entre Mercure et le Soleil, soit approximativement 9,4 millions de km (la Terre est à 149 millions de km du Soleil en moyenne). Aussi étant donné la grande proximité entre toutes ces planètes, il n’y aurait nul besoin de télescopes pour distinguer la surface des voisines.

La dernière planète connue de ce système est située sur la ligne des glaces (par rapport au rayonnement de l’étoile). Sa température moyenne pourrait être de -100 °C. Il est possible donc qu’il s’agisse d’un monde couvert de glace et, à l’instar d’Europe (une lune de Jupiter), qu’il renferme un vaste océan liquide. Ou alors, comme le supposent aussi certains chercheurs, si son atmosphère est riche en hydrogène, alors l’effet de serre pourrait...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura