Une exoplanète océan à 100 années-lumière de la Terre

Benoit Gougeon, Université de Montréal

Plus grosse que la Terre mais en orbite autour d'une étoile plus petite que le Soleil, TOI-1452 b pourrait être un monde entièrement recouvert d'eau.

TOI-1452 b est une exoplanète située à 100 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Dragon. Initialement repérée par le télescope TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite) de la Nasa, elle a ensuite été observée à l'aide de certains des instruments les plus performants au sol. Il ressort de ces nouvelles observations que la planète pourrait être un "monde océan", c'est-à-dire un objet dont la surface est recouverte presque en totalité d'une vaste et profonde couche d'eau. Son identification en fait une cible de choix pour le télescope spatial , dont les premiers résultats dépassent largement les attentes des astronomes.

Une planète dans un système binaire

C'est donc le télescope spatial TESS, qui observe de façon régulière l'entièreté de la voute céleste, à la recherche de systèmes planétaires proches du nôtre, qui a mis les chercheurs sur la piste de cette exoplanète. Il est en effet conçu pour observer les infimes baisses de luminosité provoquées par le passage d'une planète devant son étoile, un transit en termes astronomiques. Celui de TOI-1452 b a lieu tous les 11 jours et correspond à une exoplanète environ 70 % plus grande que la Terre. Pour TESS, l'étoile TOI-1452 apparaît comme une source de lumière unique : il s'agit en réalité d'une binaire dont les deux membres sont des étoiles plus petites que le Soleil qui sont séparées de 97 unités astronomiques, soit environ deux fois et demie la distance entre le Soleil et Pluton.

C'est l'instrument PESTO, installé sur l'Observatoire du Mont-Mégantic, au Québec, qui a permis de résoudre les deux étoiles et de confirmer la présence de l'exoplanète, en orbite autour de la plus grosse des deux. Des observations confirmées par la suite par une équipe japonaise.

SPIRou et PESTO à la rescousse

Pour déterminer la masse de la planète, les chercheurs ont ensuite observé le système , un instrument installé sur le télescope Canada-France-Hawaii. Il s'agit d'un spectropolarimètre infrarouge qui mesure, par effet[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi