Une exoplanète en forme de ballon de rugby vient d'être découverte

·2 min de lecture

Sa proximité avec son étoile hôte provoque sa déformation mesurée pour la première fois par le satellite Cheops.

Lancé en décembre 2019, le satellite Cheops (CHaracterising ExOPlanets Satellite) est conçu pour caractériser les exoplanètes tournant autour d'étoiles lumineuses voisines du système solaire. Il fait partie des missions de l'Agence spatiale européenne (ESA). Grâce à sa haute précision et à sa flexibilité de pointage, qui permet au satellite de revenir vers une cible et de l'observer plusieurs fois, les astronomes ont déniché une drôle de planète dont la forme n'est pas sphérique mais plutôt celle d'un ballon de rugby.

L'exoplanète en forme de ballon de rugby fait le tour de son étoile en 24 heures

Cette planète, WASP-103b, est située dans la constellation d'Hercule et orbite autour d'une étoile plus chaude et environ 1,7 fois plus grosse que le Soleil. C'est une géante gazeuse deux fois plus grande que Jupiter, avec 1,5 fois sa masse. Contrairement à cette dernière qui tourne autour du Soleil en douze années terrestres, WASP-103b achève sa ronde autour de son étoile hôte en moins de 24 heures.

Une telle proximité engendre des effets de marée intense qui la déforme et lui donne son allure de ballon de rugby. Sa forme a pu être déduite des nouvelles données de Cheops : le satellite a pu observer le passage de la planète devant son étoile à plusieurs reprises ce qui a permis de détecter le signal, infime, de la déformation de marée de WASP-103b.

Les données de Cheops ont été combinées à des mesures qui avaient déjà été obtenues par le télescope Hubble et l'observatoire spatial Spitzer de la NASA. "Je suis encore étonné que Cheops ait réellement pu révéler cette petite déformation. C'est la première fois qu'une telle analyse est faite, et nous pouvons espérer que l'observation sur un intervalle de temps plus long renforcera cette observation et conduira à une meilleure connaissance de la structure interne de la planète", déclare Jacques Laskar, directeur de l'Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides et coauteur de la recherche publiée dans la revue .[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles