Exolunes : elles se dévoilent enfin

Des astronomes américains annoncent avoir débusqué ce qui pourrait être un astre gravitant autour d'une planète extrasolaire, Kepler-1708-b. Une première historique si la découverte se confirme, permettant de franchir une nouvelle frontière en astronomie et d'ouvrir un champ de recherche extrêmement prolifique.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°903, daté mai 2022.

L'astre se situerait à 5600 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Cygne. Il orbiterait autour d'une planète de la taille de Jupiter, nommée "Kepler-1708-b" par les astronomes, qui gravite elle-même autour d'une étoile similaire au Soleil. Et selon des chercheurs de l'Université Columbia à New York (États-Unis), il pourrait marquer l'histoire de l'astronomie en étant identifié comme la toute première exolune - le satellite d'une exoplanète (planète extrasolaire) autrement dit à l'instar de notre compagnon céleste la Lune. "Cela fait quinze ans que nous traquons ce type d'objets, confie David Kipping, auteur principal de l'étude. Et il nous a fallu quatre années pour passer en revue des dizaines de candidats possibles jusqu'à débusquer ce qui s'apparente fortement à une lune extrasolaire. " Si cette découverte se confirme, elle permettrait de franchir une nouvelle frontière en astronomie et ouvrirait un champ de recherche extrêmement prolifique. "Les exoplanètes ont révolutionné notre compréhension des autres systèmes stellaires mais elles ne constituent qu'une partie du tableau, souligne en effet David Kipping. En raison de leur abondance et diversité supposées, les lunes extrasolaires nous apprendraient elles aussi énormément de choses sur notre unicité et la manière dont ces systèmes se forment. "

On dénombre quantité de satellites naturels dans notre système solaire. Les planètes les plus internes, Mercure et Vénus, en sont certes dépourvues, mais la Terre en possède un et Mars deux, tandis que les géantes gazeuses Jupiter et Saturne en hébergent près de 80 chacune, sans compter ceux d'Uranus (27) et Neptune (14). Soit plus de 200 en tout, avec de remarquables disparités. Si certaines lunes, à l'instar de Titan, possèdent une atmosphère épaisse et des lacs d'hydrocarbures, d'autres comme Io sont A agitées par une intense activité volcanique, et d'autres encor[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles