Il existerait un lien entre microbiote et syndrome dépressif

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·1 min de lecture

Le microbiote intestinal rassemble des bactéries, des virus et des champignons qui vivent entre les villosités de nos intestins. Loin d'être nocifs, ces micro-organismes participent activement au bon fonctionnement du corps humain en synthétisant des métabolites essentiels ou en éduquant, entre autres, notre système immunitaire. Des désordres dans le microbiote intestinal ont été observés dans certaines maladies, notamment les maladies mentales. Selon plusieurs hypothèses, le microbiote influerait sur le cerveau par l'intermédiaire de l'axe « microbiote-cerveau-intestin ». Une expérience réalisée chez les souris soutient ces hypothèses : la greffe du microbiote d'un patient dépressif à des souris sans flore intestinale a provoqué l'apparition de troubles dépressifs chez les rongeurs.

Microbiote : quels sont les liens existant avec des maladies ?

Une publication parue début décembre dans Science Advances conforte aussi cette idée. Des scientifiques rattachés à plusieurs universités de médecine chinoises ont analysé la composition bactérienne et métabolique dans plusieurs échantillons de selles de patients atteints de troubles dépressifs majeurs et qui ne prennent pas de traitement médicamenteux susceptible d'altérer la flore intestinale. Leur analyse révèle une composition significativement différente de celles des patients sains.

Des différences observables dans les selles des patients dépressifs

Ce sont 311 échantillons de selles qui ont été analysés par les scientifiques, d'abord sous le prisme de la métagénomique puis sous celui de la métabolomique. La métagénomique permet de connaître avec précision les espèces bactériennes présentes dans l'échantillon et leur proportion. Grâce à cela, les scientifiques ont mis en évidence que le microbiote intestinal des patients malades est enrichi en bactéries appartenant au genre Bacteroides, et pauvre en bactéries appartenant au genre BlautiaEubacterium et Clostridium en comparaison avec le microbiote des personnes...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura