Existe-t-il un vaccin contre les comités bidons ?

·1 min de lecture

Olivier Véran a assisté mardi à la présentation des recommandations du Conseil économique, social et environnemental sur le vaccin.

Oui, et je dois avouer qu’il m’arrive d’admirer le courage qu’il faut parfois pour être ministre. Qu'entre une urgence à Nice et une alerte à Dunkerque, le ministre de la Santé ait dû perdre son temps à subir les navrantes banalités égrenées par le Conseil économique, social et environnemental (le CESE), ça me stupéfie. Parce que, pour trouver plus inconsistant, comme recommandations, il faut creuser profond.

Le CESE a fait sept séries de recommandations. Aucune ne trouve grâce à vos yeux ? 

Mais si, toutes. Elles sont toutes excellentes tellement elles sont évidentes : il faut améliorer la communication sur la vaccination et diffuser des messages positifs (oui !), il faut fabriquer des vaccins sous licence (ah !), piloter tout ça au niveau des territoires (bien sûr !). Plus audacieux et créatif encore : il faut mobiliser les médecins et les pharmaciens, et il faut optimiser tout ça en intégrant (tenez-vous bien) "les contraintes de la chaîne logistique". Ça secoue, non ? Franchement, est-ce qu’on avait vraiment besoin d’un rapport de plus pour ça ?

Et qui sont les auteurs de ce travail ? 

Ah ils s’y sont mis à plusieurs. Le CESE avait été saisi il y a quelques mois par le Premier ministre sur "l’accompagnement de la stratégie vaccinale". Comme il n’a aucune compétence en la matière, le CESE a pioché dans ses réflexes et s’est empressé de nommer un...


Lire la suite sur Europe1