EXCLUSIVITÉ - Alain Cayzac : «Les Qataris ont un respect des racines du club»

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© Franck Fife / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

À la veille du choc entre le Paris Saint-Germain et l’Olympique de Marseille, l’ancien dirigeant de 80 ans Alain Cayzac a accordé une interview exclusive à Europe 1. Il y évoque la genèse du "classique" entre le PSG et l’OM , ses souvenirs de ces matchs historiques mais également la relation contrariée entre les supporters parisiens et les dirigeants du club de la capitale, qu’il estime à la hauteur du club et dans le respect de l’histoire.

L’histoire du Classique PSG-OM : "C'était un peu une création marketing"

"L'histoire du clasico à la française, c'est qu'à un  moment, Canal+ a racheté le PSG et Canal+ avait les droits du football. Ils voulaient, pour valoriser leurs droits, qu'il y ait des matchs de haut niveau et en particulier, créer une confrontation qui soit un derby entre eux et Marseille. C'était un peu une création marketing. Puis, au fil du temps, la passion s'est développée. Je dirais qu'au début, il y avait de la ferveur. Et puis, très rapidement, la ferveur est devenue un peu plus guerrière et il y a eu un peu de violence, malheureusement. Une sorte de guerre civile à certains moments. Ça a été progressif, mais je pense qu'aujourd'hui il y a peut-être un peu moins de passion, un peu moins de violence verbale qu'avant. On verra demain."

Une rivalité qui veut encore dire quelque chose ? "J'ai toujours le cœur qui bat"

"Ça dépend à qui vous parlez. Si vous parlez à quelqu'un qui est indifférent et qui n'est pas supporter ou ancien dirigeant, ils vont dire que mai...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles