Exclusif-Présidentielle : «Une élection pour rien ?», l'Ifop analyse «le malaise démocratique»

·2 min de lecture
Reuters

Le politologue de l'Ifop Paul Cébille tire les enseignements du second tour de la présidentielle 2022.

Réalisée le jour du vote auprès d’un échantillon de 4827 personnes inscrites sur les listes électorales, cette étude réalisée par l'Ifop et Fiducial pour TF1, LCI Paris Match et Sud Radio offre une analyse précieuse des résultats de ce second tour et de ses conséquences.

La plus forte abstention depuis près de deux générations, l’élection présidentielle de 2022 confirme l’installation d’un malaise démocratique profond.

Plus d’un quart de l’électorat (28,5%) s’est abstenu de voter lors de ce second tour de l’élection présidentielle, un taux historique pour l’élection-reine de la vie politique française qui n’avait pas été observé depuis 1969 (31,1%). Avec 46% d’abstentionnistes au second tour, l’électorat de premier tour de Jean-Luc Mélenchon s’est le plus abstenu, devant celui de Yannick Jadot (31%) et celui de Valérie Pécresse (23%).

Lire aussi : Emmanuel Macron : «Je ne suis plus le candidat d’un camp mais le président de tous»

Raison jugée déterminante par 55% des abstentionnistes interrogées, l’absence de candidat défendant leurs idées arrive en tête des justifications de ce choix, devant le « ni-ni » entre les deux candidats (49%), la volonté d’exprimer un mécontentement à l’égard d’Emmanuel Macron (46%) et de l’action du président sortant (47%)… désormais réélu largement. Toutes ces raisons évoquées donnent une teinte très « politique » à l’abstention, loin de l’idée d’une « vanité » du vote (jugée déterminante par 40% des abstentionnistes) pourtant prégnante au premier tour et lors des dernières élections, une donnée à garder à l’esprit pour les cinq années à venir.

Lire aussi :Au Champ-de-Mars, les supporters et les proches d'Emmanuel Macron fêtent sa réélection

Les résultats avec l'Afp


Lire la suite sur Paris Match
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles