EXCLUSIF. Maryse Wolinski et six dessinateurs de presse appellent Emmanuel Macron à défendre la caricature

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Journaliste, écrivaine et veuve du dessinateur Georges Wolinski, Maryse Wolinski enjoint dans ce texte le président Emmanuel Macron à défendre l'art de la caricature et à s'engager pour bâtir un Maison du dessin de presse et du dessin satirique. Voici sa tribune, cosignée par les dessinateurs de presse Chappatte, Coco, Gorce, Juin, Kak et Riss : "Au lendemain de l'attentat du 7 janvier et de l'assassinat de cinq dessinateurs parmi les plus talentueux, leur confrère Chappatte signa dans le New York Times un dessin au texte évocateur : "Sans humour, nous sommes tous morts." Quatre années plus tard, à l'occasion d'une polémique autour d'un autre dessin, ce même journal faisait preuve d'une terrible amnésie et annonçait cette fois sa décision de ne plus publier de dessins dans son édition internationale. Cette initiative suscita une vive émotion. Elle était le signe d'un recul de la liberté d'expression.

En 2020, Monsieur le Président, dans vos vœux à la presse, vous étiez des plus clairs : "Cinq ans après l'attentat de Charlie Hebdo et alors que le New York Times a décidé […] de cesser de publier des dessins de presse […], je souhaite que notre pays continue à ne pas céder à ce que j'appelle cet esprit de lapidation et à cette forme d'ordre moral autoproclamé."

Pour défendre cet art de l'esprit critique, vous faisiez alors vôtre le souhait de créer en France la Maison du dessin de presse et du dessin satirique, idée lancée par Georges Wolinski au début des années 2000 : "U...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles