EXCLUSIF. L'étude du député Jean-Louis Touraine qui explique la pénurie d'organes

Est-ce le médecin ou le député LREM spécialiste des questions de santé qui alerte sur un des maux cachés de l'hôpital public? Les deux, puisque l'homme est multicasquettes. Le professeur Jean-Louis Touraine présente mardi les résultats d'une enquête inédite d'un an menée par l'association France Transplant – dont il est aussi le président. Le constat d'une pénurie d'organes et d'un déficit de transplantations, qui fait écho aux bilans annuels de l'Agence de biomédecine (ABM), est inquiétant. "Plus de 24.000 patients attendent une opération alors que moins de 6.000 greffes sont réalisées chaque année, se désole cet ancien chirurgien transplanteur. Résultat, les temps d'attente s'allongent et 600 à 800 personnes meurent faute d'être opérées."

Lire aussi - TRIBUNE. Pénurie de médicaments : "Il faut relocaliser la production en Europe"

L'étude s'intéresse plus précisément aux greffes rénales (80% du total). Elle révèle que la situation est très aiguë dans certaines Régions comme l'Île-de-France, à laquelle la province fournit des reins. À l'opposé, la Bretagne, par exemple, a de bons résultats. Même si le fait était connu des spécialistes de la ­transplantation, dont Jean-Louis Touraine, l'ampleur des disparités mises au jour a surpris ce dernier. "Elles sont immenses, tonne-t-il. Il y a des endroits où on en fait deux fois plus qu'ailleurs."

Des refus de prélèvements hors la loi

La différence entre les taux de refus d'une Région à l'autre est une des causes de ces variations. &qu...


Lire la suite sur LeJDD