EXCLUSIF. La Défense va se végétaliser et accueillir un parc de 7 hectares

·1 min de lecture

La foule grouillante des cols blancs et des employés de bureau s'est volatilisée au pied des gratte-ciel ; l'esplanade est désormais quasiment déserte. Premier quartier d'affaires d'Europe, quatrième dans le monde, la Défense n'enregistre aujourd'hui que 30% de sa fréquentation habituelle. A la croisée des chemins, elle subit de plein fouet toutes les crises, sanitaire, économique, écologique. Ce qui l'oblige à se réinventer. Il va lui falloir démontrer – ou tenter de le faire – que son modèle vertical n'est pas obsolète en temps de pandémie et de prise de conscience des enjeux climatiques.

Face à son avenir incertain, quid de ses 73 tours, de ses 3,7 millions de mètres carrés de bureaux, de ses 500 entreprises, de ses 180.000 salariés, de ses 63 millions de visiteurs annuels – en temps normal – au centre commercial des Quatre-Temps, ou encore de sa dalle extrêmement minérale?

Deux nouvelles tours en construction

"Nous traversons une période très difficile, concède Pierre-Yves Guice, directeur général de Paris La Défense depuis septembre 2020. La demande va se comprimer, les façons de travailler vont évoluer [avec l'avènement du télétravail notamment], la densité et l'affluence joueront contre nous… Mais nous avons moins de raisons d'être pessimistes que les quartiers d'affaires de province : notre attractivité est toujours là, ainsi que notre capacité d'adaptation. Depuis les années 1960, on a déjà pronostiqué quatre ou cinq fois la fin de la Défense…"

Certes, le gratte-ciel ...


Lire la suite sur LeJDD