Exclusif - Covid-19 : ces Français qui testent le vaccin

·2 min de lecture

Les essais sur l’homme du vaccin contre le Covid sont en cours depuis le mois d’août. Objectif : 2021.

Et si l’avenir sanitaire du monde se jouait dans un bâtiment préfabriqué posé au cœur de l’hôpital Cochin, à Paris ? Au bout d’un labyrinthe, le centre d’investigation clinique en vaccinologie Cochin-Pasteur (AP-HP) ne paye pas de mine. Deux salles de consultation, un laboratoire de mise en condition des prélèvements, des gâteaux dans un bac en plastique, du gel hydroalcoolique et un peu de chaleur humaine. Ça tombe bien, le froid de ce premier jeudi de novembre pique. L’endroit est exigu. Dans le couloir se pressent chercheurs, assistants et volontaires. Masque tendu sur le visage, tous n’ont qu’un but : faire avancer le seul essai mené à ce jour en France, développé le printemps dernier à partir du vaccin contre la rougeole par le labo d’innovation vaccinale de l’Institut Pasteur.

Lire aussi :Exclusif : dans le secret de l'Institut Pasteur

Ce matin, dans la salle d’attente, Erwan, 29 ans, trompe l’ennui avec son Smartphone. Pour des raisons de confidentialité, son nom, comme celui des autres participants, ne peut être révélé. Voilà deux heures qu’il patiente pour recevoir sa seconde injection. Enquêteur à l’Insee, il n’en est pas à son premier essai clinique. L’été dernier, il se prêtait à l’étude d’une molécule dans le cadre de la recherche contre le cancer. Le 1er octobre, entendant l’appel de l’Inserm pour les vaccins Covid, il s’est inscrit sur la plateforme Covireivac. Ça ne lui permet pas de gagner sa vie, il est juste défrayé, mais il a la volonté de collaborer à un effort collectif. Tout comme le député socialiste d’Ardèche Hervé Saulignac, 50 ans, qui n’a pas encore été appelé. « On ne peut pas imaginer une vie économique et sociale sur ce rythme, et je ne vois pas d’autre solution dans une épidémie que(...)

Lire la suite sur Paris Match

Ce contenu peut également vous intéresser :