EXCLUSIF. Ce que contiendra la charte de l'islam de France

·1 min de lecture

Après nombre de rebondissements, la "charte des principes pour un islam de France", qu’Emmanuel Macron appelait de ses vœux, devrait enfin voir le jour. Alors que l’affaire était mal engagée pour cause de fortes divergences entre les courants de l’islam hexagonal, le chef de l’État a fortement insisté auprès de Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), à l’occasion de la traditionnelle cérémonie des vœux aux autorités religieuses, le 7 janvier, répétant qu’il y tenait. Avant que le ministre de l’Intérieur prenne le relais. Samedi, Gérald Darmanin a reçu dans son bureau Mohammed Moussaoui et ses deux vice-présidents, Brahim Alçi et Chems-eddine Hafiz, recteur de la Grande Mosquée de Paris. Dans le bureau du ministre, les échanges ont été âpres. Mais au bout de quatre heures, le texte proposé par ce dernier, retouché par les représentants des deux autres courants, a finalement fait consensus.

Lire aussi - INFO JDD. Conseil des imams : Gérald Darmanin et le recteur de la mosquée de Paris font plier les islamistes

C’est une avancée notable, et une indéniable clarification idéologique. La charte, en l’état, rappelle que son objectif est d’"instaurer des rapports apaisés et confiants entre la communauté nationale […] et tous les musulmans vivant sur le territoire de la République". Elle précise aussi que "les signataires s’engagent à ne pas criminaliser un renoncement à l’islam, ni à le qualifier de ridda [apostasie], encore moins de stigmatiser o...


Lire la suite sur LeJDD