EXCLUSIF. Commémoration de Napoléon : les discours prononcés sous la Coupole

Par Christophe Ono-dit-Biot
·1 min de lecture
Sous la coupole de l'Institut de France, Emmanuel Macron marquera mercredi le 200e anniversaire de la mort de Napoléon avec un discours dans lequel il va « regarder en face » l'héritage laissé par l'Empereur.
Sous la coupole de l'Institut de France, Emmanuel Macron marquera mercredi le 200e anniversaire de la mort de Napoléon avec un discours dans lequel il va « regarder en face » l'héritage laissé par l'Empereur.

« Regarder l'Histoire en face. » Voici donc le mot d'ordre macronien concernant les commémorations napoléoniennes de demain, mercredi 5 mai, jour du bicentenaire de la mort de l'Empereur. Façon de redire que « commémorer n'est pas célébrer », et de déminer les polémiques liées, notamment, à certains aspects moins glorieux de la vie du grand homme, notamment le rétablissement de l'esclavage, « une abomination », indique l'Élysée, qui agite aujourd'hui encore les Antilles. Comment regarde-t-on l'histoire « en face » ?

En rendant compte de tout « l'être complexe » (sic) de Napoléon. Aussi Emmanuel Macron, à l'invitation de Xavier Darcos, chancelier de l'Institut de France, se rendra-t-il sous la coupole de l'Institut de France où il prononcera un discours, après quelques mots d'accueil de ce dernier, et une introduction assurée par le grand historien et spécialiste de Napoléon Jean Tulard, délégué de l'Académie des sciences morales et politiques, déjà présent lors des commémorations du bicentenaire de la naissance de Napoléon en 1969.

À l'occasion de cette journée particulière, cinq discours ont été rédigés par des représentants des cinq académies. D'abord, Napoléon : l'ineffaçable victoire d'une légende, par Jean-Marie Rouart, délégué de l'Académie française, écrivain, et l'un des grands spécialistes de l'histoire napoléonienne, auteur notamment de Napoléon ou la Destinée. Puis Le général et les pharaons, par l'archéologue et égyptologue Nicolas Grimal, délégu [...] Lire la suite