EXCLUSIF. Assistants sexuels pour les personnes handicapées : le gouvernement rouvre le débat

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

C'est un tabou encore bien ancré dans la société, mais que le gouvernement a pris le parti d'aborder franchement. Dans une lettre adressée samedi à Jean-François Delfraissy, président du Comité consultatif national d'éthique (CCNE), Sophie Cluzel lui demande de se pencher, à nouveau, sur la question des droits sexuels des handicapés. "Force est de constater que certains de nos concitoyens, parce qu'ils sont en situation de handicap, en sont privés, pour certains à vie. Sans aucune solution adaptée, ils sont condamnés à vivre dans une abstinence non choisie", écrit la secrétaire d'État.

Lire aussi - Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat : "Je veux remettre les personnes handicapées en situation de travail"

L'ancienne militante associative estime alors "indispensable de rouvrir la réflexion éthique en abordant le sujet de l'assistance sexuelle avec une vision renouvelée". Une saisine justifiée pour Jean-François Delfraissy, qui estime que "la société française évolue et le regard posé sur le handicap aussi". Sophie Cluzel plaide ainsi pour l'instauration d'un comité citoyen spécialisé, à l'instar de ce qui a été fait lors des États généraux de la bioéthique.

En Europe, plusieurs pays ont encadré ces accompagnements

Les travaux du CCNE s'étaleront sur plusieurs mois avant qu'il ne rende ses conclusions. "La question posée est celle du 'droit à', qui ne doit pas aller à l'encontre de la non-commercialisation des corps", rappelle le président du CCNE. Une position que le comité avait dé...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles