EXCLU - Valéry Giscard d'Estaing infidèle : « Sa femme ne savait pas où il était le soir »

Ce n’est pas anodin si Valéry Giscard d’Estaing était surnommé « Valéry Folamour ». Comme le raconte Jean Garrigues dans son livre Une histoire érotique de l’Élysée, paru en octobre dernier aux éditions Payot, l’ancien président de la République était un séducteur invétéré, voire « compulsif ». Comme Jacques Chirac, Valéry Giscard d’Estaing aurait lui aussi eu le droit à sa garçonnière, un studio au-dessus de sa permanence de campagne, boulevard Saint-Germain, déniché par son bras droit Michel Poniatowski.

Amoureux des femmes, on lui a prêté de nombreuses aventures, qui n’ont jamais réellement été prouvées... Il y aurait eu la chanteuse Marie Laforêt, récemment décédée, l’actrice Marlène Jobert et même Lady Diana, dont les rumeurs de liaison obsédaient d’ailleurs Jacques Chirac. Il n’était pas rare que Valéry Giscard d’Estaing s’éclipse à la nuit tombée. « Giscard préservait farouchement sa vie privée. Sa femme ne savait pas où il était le soir », confie Jean Garrigues, auteur d’Une histoire érotique de l’Élysée, dans un entretien accordé à Gala.

Les Giscard d'Estaing, un couple qui battait de l'aile

L’auteur de cet ouvrage consacré aux plaisirs libertins des hommes de pouvoir précise que le couple Giscard d’Estaing battait de l’aile avant l’élection présidentielle : « lIs étaient quasiment séparés avant qu’il soit élu. Ils se sont remis ensemble mais c’était une sorte de fiction », explique Jean Garrigues. Et de préciser, au sujet de l’ancien chef d’État : « Il avait une vie privée

Retrouvez cet article sur GALA

Valéry Giscard d'Estaing, le Kennedy français qui rêvait d'avoir sa Marilyn
VIDEO - Le surnom coquin de Valéry Giscard d'Estaing amuse Ali Baddou
Valéry Giscard d'Estaing, un don Juan : sa technique pour échapper aux paparazzi
Valéry Giscard d'Estaing séducteur : comment il avait fait aménager une garçonnière dans les locaux de son parti
Valéry Giscard d'Estaing grognon aux obsèques de Jacques Chirac