Exclu. Marlène Schiappa : la raison pour laquelle elle interdit à ses filles de taper son nom sur internet

·1 min de lecture

C'est une personnalité politique qui ne laisse personne indifférent. Avec ses prises de position tranchées, Marlène Schiappa suscite énormément de réactions et chacune de ses apparitions publiques est très commentée. Dans notre podcast Parents d'abord, la ministre déléguée chargée de la citoyenneté explique comment elle essaie de faire "prendre du recul" à ses deux filles de 9 et 13 ans et demi sur sa notoriété. "Elles ont l'interdiction de taper mon nom sur internet. C'est une consigne explicite ! Ca m'est déjà arrivé d'enlever une tablette des mains de l'une de mes filles parce que je me suis aperçu qu'elle était en train de taper mon nom sur un moteur de recherche. Je lui ai dit : "Tu sais que c'est interdit, tu n'as pas le droit de le faire. Tu ne cherches pas d'informations sur maman. Si tu veux savoir des choses, tu me demandes. Mais tu ne vas pas regarder ce que les gens disent..."

Et Marlène Schiappa d'expliquer dans la foulée qu'elle n'est que très peu touchée personnellement par ce que les gens peuvent dire sur elle. "Dans les moqueries, il y a parfois des choses créatives ou drôles, confie-t-elle. Je ne suis pas blessée par les moqueries. D'autant que l'immense majorité des messages que je reçois sont des messages de remerciement. On me dit "Merci pour ce que vous faîtes", "J'étais victime de harcèlement, je n'osais pas le dire, et maintenant j'ose en parler", "merci d'avoir instauré la loi sur le harcèlement de rue", "merci d'avoir permis qu'on dépose plainte pour de (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Tina Kunakey annonce la météo avec une photo torride sur Instagram et enflamme ses followers
Bernard de la Villardière est de nouveau grand-père ! Le prénom du bébé dévoilé par sa belle-fille
"C'était un mec génial" : Camille Combal partage sa "peine" suite au décès de Patrick Dupond
"Mes filles pleuraient et hurlaient..." : Marlène Schiappa évoque cette nuit traumatisante où des Gilets jaunes sont venus la menacer devant son domicile
Les cambrioleurs de Denis Brogniart et Marion Cotillard condamnés à cinq ans de prison