EXCLU - Enora Malagré atteinte d'endométriose : "Je suis en train de faire le deuil de la grossesse"

En février 2017, sur le plateau de Touche pas à mon poste, Enora Malagré rend public un mal qui l'handicape : l’endométriose. Elle souffre vingt jours par mois de violentes crises, d’hémorragies, de douleurs qui la mettent K.O… Dans ces cas-là, elle doit assumer, aller faire le pitre à la télé et souffrir en silence. C'est ce qu'elle révèle dans un livre confessions, Un cri du ventre, paru aux éditions Leduc. A cette occasion, la jeune femme a accordé une interview à Gala, en kiosque jeudi 10 octobre. L'ancienne chroniqueuse de Cyril Hanouna y évoque son combat, qui est aussi le combat de toutes celles qui vivent avec cette maladie.

Le plus dur pour Enora Malagré, ce sont les questions qu’on lui pose en permanence sur l’absence d’enfants dans sa vie. Et surtout les leçons de morale alors qu’elle crève d’envie de devenir mère et qu’elle a subi plusieurs fausses couches. “J’ai beaucoup de mal à me remettre de la dernière, qui a eu lieu en juillet, parce qu’y croyais dur comme fer à celle-là. (...) L’endométriose te vole ta joie d’être enceinte, parce que tout de suite, tu songes à la fausse couche. Je suis en train de me demander si je ne vais pas me faire enlever l’utérus, - une opération qu'elle n'a pas encore subie contrairement à ce qui avait été dit dans la presse ndlr -pour ne plus subir ces déceptions à répétitions” nous explique-t-elle, les larmes aux yeux.

L’ex-grande gueule blonde du PAF - “un personnage télévisuel” - n’a pour autant pas renoncé à être maman. En couple

Retrouvez cet article sur GALA

EXCLU - Anh Dao Traxel, la fille de cœur des Chirac : "Je suis réconciliée avec Claude"
Meghan Markle en Afrique, son discours royal : “Je suis ici en tant que mère et épouse, mais je suis aussi votre sœur à tous”
Tiphaine Auzière, la fille de Brigitte Macron : “Je suis confrontée à la violence tous les jours”
Sonia Rolland : “Je ne me suis jamais trouvée aussi belle"
Thierry Samitier, accusé de violences sexuelles, se défend : "Je suis quelqu’un d’excessif"