Les excisions et mutilations sexuelles en baisse en Afrique, selon une étude

franceinfo avec AFP
Le recul de ces pratiques s'explique par des campagnes de sensibilisation. 

C'est une nouvelle encourageante. Les excisions et mutilations sexuelles, encore largement répandues en Afrique, sont significativement en baisse parmi les enfants de 0 à 14 ans. Cela s'explique notamment par des campagnes de sensibilisation, en dépit de disparités selon les pays, constate une étude publiée mercredi 7 novembre dans la revue BMJ Global Health.

Cette étude menée à partir des données de l'Unicef fait état d'une baisse encourageante de ces pratiques mutilantes en Afrique de l'Est (-7,3% par an entre 1995 et 2014). En revanche, le rythme de déclin est plus lent en Afrique du Nord (-4,4% par an entre 1990 et 2015) et en Afrique de l'Ouest (-3% par an entre 1996 et 2017). Au Moyen-Orient, ces pratiques sont même en hausse (+13,7% entre 1997 et 2013, mais sur la base d'études menées sur seulement deux pays, l'Irak et le Yémen).

Des conséquences dévastatrices

Selon les estimations de l'Unicef, 200 millions de femmes et d'enfants dans le monde ont subi des mutilations sexuelles. Les chiffres disponibles montrent que ces pratiques sont particulièrement préoccupantes en Afrique et dans certains pays du Moyen-Orient, dont l'Irak et le Yémen. Des études ont aussi pointé l'existence de ces pratiques en Inde, en Indonésie, en Israël, en Malaisie, en Thaïlande et aux Emirats arabes unis. Du fait des migrations, des régions (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi