Publicité

Excision interdite en Gambie: l'Assemblée examine un texte prévoyant sa légalisation

En Gambie, le Parlement doit reprendre, ce lundi 18 mars, l'examen d'une proposition de loi prévoyant la légalisation de l'excision. L'examen de ce texte, déposé par un élu d'opposition, avait été renvoyé à une seconde lecture, il y a deux semaines.

La Gambie a interdit les mutilations génitales féminines en 2015 sous la présidence de l’ancien président gambien, Yahya Jammeh, aujourd’hui en exil.

L’Assemblée nationale a commencé l’examen du texte levant l’interdiction des mutilations génitales féminines, le 4 mars, date à laquelle le parlementaire Almameh Gibba a introduit la proposition de loi, en première lecture. L’examen a ensuite été renvoyé à une seconde lecture prévue ce lundi 18 mars.

À lire aussiEn Gambie, l’excision est mise hors la loi

Dix ans après son interdiction, le débat actuel sur la dépénalisation de l'excision montre que les droits des femmes sont toujours menacés, selon la juriste et défenseure des droits humains, Fatou Jagne Senghor, jointe par RFI.

« Cibler les femmes de manière aussi violente, cela nous inquiète beaucoup », insiste-t-elle, même si elle estime qu'une adoption du texte est peu probable.

Je suis outrée, choquée par l'introduction de cette proposition de loi. Et le débat autour de l'excision, presque toujours guidé par des hommes. Ce sont des religieux, des hommes politiques qui mènent la bataille pour nous faire revenir en arrière et c'est inacceptable.


Lire la suite sur RFI