Exception. Pourquoi Vladimir Poutine ne portait-il pas de masque à l’office du Noël orthodoxe ?

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

Le président russe ne manque jamais la messe de Noël, pour laquelle il choisit une église de province. Cette année encore, il a sacrifié à cette tradition personnelle largement médiatisée, mais sans se soumettre aux consignes sanitaires exigées par la pandémie. De quoi s’interroger.

Le 7 janvier, on célébrait en Russie le Noël orthodoxe selon le calendrier julien, soit en décalage de treize jours avec le calendrier grégorien. La veille au soir, Vladimir Poutine a assisté à l’office religieux dans une église provinciale de son choix, ce dont il a fait une tradition personnelle. Tout le monde a remarqué sur les photos et vidéos largement diffusées dans les médias fédéraux qu’il ne portait pas de masque pendant la cérémonie, alors qu’il était entouré d’autres paroissiens au visage découvert également, rapporte le tabloïd Moskovski Komsomolets.

À lire aussi: Spoutnik V. Poutine veut lancer une vaccination de masse au plus vite

Pour cause de pandémie, les églises ont fêté Noël plus modestement cette année, relève le titre, tandis que l’Église orthodoxe de Russie avait recommandé aux paroissiens le port du masque et le respect de la distanciation physique pendant les offices religieux. Il était demandé de ne pas embrasser les icônes ou, du moins, de le faire à travers un tissu pour ne pas diffuser le virus. Quant aux églises, elles doivent être aérées régulièrement et leurs meubles, iconostases et objets de culte désinfectés.

Comment l’expliquer ?

Malheureusement ces mesures sont rarement respectées, explique le quotidien, que ce soit par les paroissiens, les prêtres ou autres personnels des églises. Constat qui s’est apparemment confirmé dans l’église Saint-Nicolas de Lipno (région de Novgorod), où s’est rendu le président russe dans la nuit du 6 au 7 janvier. “Le président avait jusqu’alors évité au maximum les rencontres

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :