Un excédent commercial record pour l’Indonésie

·1 min de lecture
Un excédent commercial record pour l’Indonésie
Photo de Ajeng Dinar Ulfiana / REUTERS

L’Agence indonésienne des statistiques a annoncé, le 19 avril, que l’Indonésie a battu en mars 2022 un record historique : 26,5 milliards de dollars d’exportations, soit une augmentation de 44,36 % par rapport à mars 2021. “Nos importations ont également atteint un niveau record en mars”, à 21,97 milliards de dollars, a précisé le responsable de l’agence, Margo Yuwono, soit une balance commerciale excédentaire de 4,53 milliards de dollars, observe Koran Tempo. C’est près du triple de la valeur enregistrée le même mois en 2021. “Notre balance commerciale est excédentaire depuis vingt-trois mois consécutifs”, poursuit le statisticien.

Les données de l’agence montrent que cette hausse des exportations (hors produits pétroliers et gaziers) a été portée par le charbon, l’acier, l’huile de palme, le nickel et les métaux précieux. “Les hausses des prix sont exacerbées par la guerre entre la Russie et l’Ukraine, deux producteurs importants de certaines de ces matières”, note le Jakarta Post.

La Chine occupe le premier rang des pays vers lesquels sont envoyés les produits indonésiens, avec 5,48 milliards de dollars, suivie des pays membres de l’Asean (Association des nations de l’Asie du Sud-Est, 4,98 milliards), des États-Unis (2,83 milliards), de l’Inde (2,06 milliards) et de l’Union européenne (1,86 milliard). Mais c’est avec les États-Unis et l’Inde que Jakarta enregistre les plus importants excédents commerciaux, grâce notamment aux exportations d’huiles végétales, de chaussures et de combustibles minéraux (dont le charbon). Interrogé par Koran Tempo, l’économiste Ariston Tjendra note que cet excédent “contribue à renforcer la valeur de la roupie indonésienne face au dollar”.

Le directeur du Centre d’études économiques et juridiques, Bhima Yudhistira, cité par le Jakarta Post, évoque trois variables majeures pouvant freiner cette hausse des exportations indonésiennes dans un avenir proche : la hausse des prix, celle des taux d’intérêt et des problèmes d’approvisionnement. “Tout dépend si la guerre entre la Russie et l’Ukraine se prolonge ou se termine rapidement”, estime pour sa part Margo Yuwono.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles