Un ex-entraîneur de football renvoyé en procès pour viols et agressions sexuelles sur mineurs

·2 min de lecture

Un ancien entraîneur de football est renvoyé devant la cour d'assises pour des viols ou des agressions sexuelles sur des mineurs entre 2003 et 2018 en région parisienne.

Un ancien entraîneur de football est renvoyé devant la cour d'assises pour des viols ou des agressions sexuelles sur des mineurs entre 2003 et 2018 en région parisienne: il profitait de son aura auprès de jeunes rêvant de devenir joueurs professionnels pour les abuser sexuellement. Ahmed G., 48 ans, "a transformé ces relations de joueurs à entraîneur en relations à caractère sexuel afin d'assouvir (son) attirance" pour les adolescents d'origine africaine, âgés pour la plupart de moins de 15 ans, résume une juge d'instruction parisienne dans son ordonnance de renvoi du 4 février, dont l'AFP à pris connaissance.

Les faits ont été mis au jour en octobre 2015, lorsque la mère d'un adolescent de 13 ans découvre dans le portable de son fils des messages à caractère sexuel de son entraîneur. Mis en examen et placé sous contrôle judiciaire en février 2016 avec interdiction de fréquenter des mineurs, Ahmed G. est incarcéré un mois plus tard: il a poursuivi les contacts avec des jeunes et les entrainements. Après un an de détention, il est libéré avec à nouveau l'interdiction de côtoyer terrains de foot et adolescents. Mais il est réincarcéré en février 2019: il entraînait des jeunes dans un club francilien. Entre temps, il a violé un autre garçon.

L'enquête a permis d'identifier plusieurs victimes, des jeunes noirs passionnés de football, issus d'un milieu modeste, qui "vouaient une admiration à Ahmed G." "Il conteste tous les viols. Il reconnaît en revanche certaines agressions sexuelles, mais en conteste d'autres", explique à l'AFP son avocate, Me Peggy Salomé. Ahmed G. utilise un "mode opératoire récurrent": il se présente comme un recruteur pour centres de formation, offre aux jeunes des cadeaux, les conseille, les(...)


Lire la suite sur Paris Match