Un ex-conseiller d'Antoine Griezmann en garde à vue, soupçonné d'agression sexuelle sur mineur

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Jose Breton / NurPhoto / NurPhoto via AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Éric Olhats, ancien conseiller d'Antoine Griezmann  et recruteur, a été placé mercredi en garde à vue au commissariat de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) pour des soupçons d'agression sexuelle sur mineur, a indiqué jeudi le parquet, confirmant des informations du site Actu Pays Basque. Les faits présumés, qui remontent aux années 1990 et au début des années 2000, lorsque Eric Olhats était entraîneur des jeunes dans le club de football de l'Aviron Bayonnais, "sont très contestés", a précisé à l'AFP le procureur de la République de Bayonne Jérôme Bourrier.

Éric Olhats et Antoine Griezmann ne sont plus en contact

La victime serait un joueur, mineur au moment des faits. Une plainte pour viol a été déposée en août 2021. La garde à vue d'Éric Olhats, 59 ans, interpellé mercredi, a été prolongée jeudi, selon le parquet. L'enquête est menée par la police judiciaire.

 

>> LIRE AUSSI - Un ancien entraîneur de foot condamné à 18 ans de prison pour viols et agressions sexuelles

 

Éric Olhats est connu pour avoir détecté Antoine Griezmann, alors qu'il était recruteur à la Real Sociedad, le club de Saint-Sébastien (Espagne), et que le jeune joueur de 14 ans avait été recalé par les centres de formation des clubs français en raison d'un gabarit jugé trop petit. Il a ensuite été le conseiller sportif de l'international français. En novembre 2020, Griezmann (104 sélections), qui évolue actuellement à l'Atletico Madrid, assurait toutefois qu'il "ne (lui) parlait plus depuis trois ans".

...
Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles