Evry-Courcouronnes : jugé pour avoir filmé des policiers et diffusé les images

Eudeline Boishult
Évry-Courcouronnes, 16 mai. Le trentenaire a expliqué qu’il ne voulait pas nuire aux fonctionnaires

Les agents étaient entrés dans le domicile du prévenu durant une fête après un signalement pour tapage nocturne. La vidéo avait été vue plus de 250 000 fois sur les réseaux sociaux.


La fête familiale organisée à Courcouronnes il y a un an jour pour jour avait dérapé et avait nécessité l’intervention de la police vers 6 heures du matin à la suite d’un signalement pour tapage. Ce jeudi, c’est devant le tribunal correctionnel d’Evry qu’elle s’est poursuivie. Mickaël, 30 ans, organisateur de cette soirée, était jugé pour avoir filmé des agents et diffusé sur des réseaux sociaux les images. L’affaire a été mise en délibéré.

LIRE AUSSI > Une vidéo d’insultes révulse les policiers

La vidéo commence au moment où les policiers recourent à un bélier pour rentrer de force dans l’appartement. Le trentenaire enregistre la scène et la diffuse en live sur Facebook. « Quand j’ai commencé la vidéo ce n’était pas pour nuire aux policiers, c’était pour montrer la violence de l’intervention, dit-il. Mon fils a été gazé et j’ai été menotté alors que je faisais juste une grillade avec mes proches ». L’IGPN (Inspection générale de la police nationale) et le Défenseur des droits ont d’ailleurs été saisis pour faire la lumière sur ces événements.

« Une fois en ligne la vidéo ne nous appartient plus »

Les policiers identifiables sur la vidéo ont en tout cas porté plainte pour « atteinte à l’intimité de la vie privée ». Ils estiment à ce titre qu’elle leur est préjudiciable. « Cette vidéo a été visionnée plus de 250 000 fois. Monsieur doit avoir à l’esprit que ce comportement a de véritables conséquences, car une fois en ligne la vidéo ne nous appartient plus », estime Anaëlle Louat, procureure de la République.

« C’est une véritable mise en scène pour moi, il y a une profonde animosité contre les policiers et une volonté de la montrer », plaide de son côté Me Sandra Kayem, avocate des policiers.



Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Essonne : Samir, jeune homosexuel frappé, harcelé et insulté par sa famille
Ris-Orangis : l’accusé acquitté 7 ans après la mort d’Abdoulaye
Evry-Courcouronnes : les électeurs reçoivent une carte… signée à leur place par le maire
Ile-de-France : le go-fast alimentait des cités de l’Essonne
Yerres : les parents conviés à un débat sur la restauration scolaire