Evguéni Prigojine, fondateur du groupe Wagner, admet des «ingérences» dans les élections américaines

AP - Misha Japaridze

Cité dans une publication de son entreprise Concord, Evguéni Prigojine, le fondateur du groupe paramilitaire Wagner, a admis, lundi 7 novembre, des « ingérences » dans les élections américaines.

À la veille des élections de mi-mandat aux États-Unis, l’homme d’affaires et fondateur du groupe Wagner, Evguéni Prigojine, a admis des « ingérences » dans les précédentes élections américaines. « Nous nous sommes ingérés, nous le faisons et nous allons continuer à le faire. Avec précaution, précision, de façon chirurgicale, d'une manière qui nous est propre », a déclaré M. Prigojine, cité dans une publication sur les réseaux sociaux de son entreprise Concord.

Sous le coup de sanctions américaines et européennes, M. Prigojine est accusé, depuis plusieurs années, d’ingérences, notamment lors de la présidentielle américaine de 2016. Il est, par exemple, soupçonné d’être à l’origine d’une « ferme de trolls », de faux profils sur les réseaux sociaux multipliant les publications pour influencer les électeurs en dénigrant des candidats ou en relayant de fausses informations.

► À lire aussi : Russie : qui est Evguéni Prigojine du groupe Wagner sanctionné par la Cour de justice européenne ?

Et depuis le début de la guerre en Ukraine, il s’affirme de plus en plus comme une figure publique en Russie et multiplie les déclarations en soutien à la Russie et son offensive.


Lire la suite sur RFI