Népal : l’espoir de retrouver les trois Français portés disparus est quasi nul

·1 min de lecture
Un responsable du ministère du Tourisme a déclaré au journal que ces alpinistes n'avaient pas demandé d'autorisation, ce qui est obligatoire avant de se lancer dans une escalade.
Un responsable du ministère du Tourisme a déclaré au journal que ces alpinistes n'avaient pas demandé d'autorisation, ce qui est obligatoire avant de se lancer dans une escalade.

Il n?y a quasiment plus d?espoir de retrouver vivants les trois jeunes alpinistes français, portés disparus au Népal depuis le 26 octobre après une avalanche dans la région de l?Everest, ont indiqué à l?Agence France-Presse des responsables des opérations de secours. « L?espoir de retrouver des survivants est à présent quasi nul », a indiqué lundi la Fédération française des clubs alpins et de montagne (FFCAM), alors que les recherches lancées dimanche ont repris lundi près du sommet du mont Mingbo Eiger, d?une altitude de 6 070 mètres.

Les recherches se sont poursuivies lundi, a précisé Pratap Jung Pandey, directeur général de Kailash Helicopter Service en précisant que « quelque chose comme un sac ou un objet noir a été repéré sur le versant de la montagne ». Dimanche, un appareil avait déposé des guides de montagne expérimentés pour tenter de retrouver les jeunes Français âgés d?une vingtaine d?années.

Louis Pachoud, Gabriel Miloche et Thomas Arfi entamaient l?ascension d?une goulotte sur la gauche de la face ouest du sommet Mingbo Eiger (6 070 mètres d?altitude), a également précisé la FFCAM lundi dans un communiqué. Le dernier contact téléphonique avec eux depuis leur bivouac remonte au 26 octobre, selon la FFCAM. Les trois hommes appartiennent au Groupe excellence alpinisme national (Gean), formation d?élite de la fédération. Ils font partie d?un groupe arrivé fin septembre dans la région du Khumbu (région de l?Everest), pour gravir plusieurs sommets e [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles