Eve Gilles (Fort Boyard) : "La production se sert des phobies pour vous "piéger" !"

Est-ce que l’étape Fort Boyard est stipulée dans le contrat de Miss France ?

Ève Gilles : (Rires) On nous demande quand même notre avis, mais oui, c’est un rite de passage quasi obligatoire ! Cependant, c’est une expérience inédite qu’on a toutes envie de tester. Et puis, je suis fan du programme depuis que je suis toute petite, je connais certaines épreuves par cœur !

Il paraît que vous êtes une adepte des défis et des sensations fortes… C’est vrai ?

Tout à fait ! J’ai fait du saut à élastique et, bientôt, je sauterai en parachute. Peu importent les défis, je les relève tous avec plaisir.

Comment s’est passée cette première au fort ?

Rien que d’y accéder, harnachée à une bouée géante, c’était déjà une épreuve en soi ! (Rires) On était tous dans le même état d’excitation parce que c’était une première pour la plupart d’entre nous. Il y a beaucoup d’efforts à fournir pendant cette journée très sportive, mais comme on le fait dans la bonne humeur, c’est beaucoup plus facile.

Quelles sont les épreuves que vous redoutiez ?

J’avoue que je préfère éviter d’en parler en interview, il paraît que la production s’en sert pour vous « piéger » lors de vos prochains passages dans l’émission ! Ce sont les autres Miss, avec qui je m’entends très bien, qui m’ont prévenue. Je n’ai qu’une phobie – que je ne vous dévoilerai donc pas ! –, qu’ils n’ont heureusement pas encore repérée pour le moment…

Vous êtes absolument imperturbable dans l’épreuve de La Cabine abandonnée du père Fouras, entourée de mouches et de cafards. Quel est votre secret ?

J’ai parlé avec Natacha St-Pier, notre capitaine, juste avant de me lancer. Elle m’a donné une technique de respiration en quatre temps pour déstresser. Je l’ai fait plusieurs fois avant de rentrer dans la cabine et, même à l’intérieur, j’ai continué. Je suis restée dans ma bulle, hermétique à tout ce qui se passait autour de moi.

À lire également

Fort Boyard - Olivier Minne : "J’ai toujours 9...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi