Evaluations des élèves de 15 ans : Mais pourquoi donc l’étude Pisa fait-elle autant de bruit dans la sphère éducative ?

Delphine Bancaud

COMPARAISON - L’enquête, qui paraît tous les trois ans, fait autorité dans les 79 pays qui y participent

Une fois de plus, ils feront les gros titres des journaux du lendemain et seront commentés sur toutes les chaînes de télé. Les résultats de l’enquête Pisa de l’OCDE seront dévoilés ce mardi à 9h. Une étude qui évalue les compétences de 600.000 élèves de 15 ans dans 79 pays, et qui fait autorité partout.

Elle a lieu tous les trois ans et jauge les élèves dans trois domaines : la compréhension de l’écrit, la culture mathématique et la culture scientifique. « Mais à chaque édition, un seul domaine est désigné comme majeur, c’est-à-dire comme sujet d’étude privilégié. Et la comparaison des majeurs est la seule solide statistiquement, ce qui fait que l’on peut comparer la progression des élèves dans un domaine sur neuf ans », explique Fabienne Rosenwald, directrice de la Depp (Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance), qui s’occupe de la passation des tests Pisa en France. Cette année, le domaine majeur sera la compréhension de l’écrit.

Un outil de pilotage pour les locataires de la rue de Grenelle

Depuis sa première édition, en l’an 2000, Pisa n’a cessé d’accroître sa popularité. Et ce pour plusieurs raisons. « C’est une enquête de qualité qui permet de mesurer la façon dont les élèves utilisent des savoir-faire dans la vie quotidienne, leurs capacités à analyser et à communiquer de manière efficace », indique Fabienne Rosenwald. « Avant Pisa, on n’avait pas de comparaison des résultats des élèves au niveau international », ajoute la sociologue de l’éducation Marie Duru-Bellat. « Et les Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Réussite scolaire: Comment l’origine sociale pèse sur les choix d’orientation des élèves?
Comment Jean-Michel Blanquer est-il devenu un ministre de premier plan?
Inégalités précoces : « Dès le début, les habitudes de vie et les codes culturels créent des écarts entre les enfants »