Eva Green "complexée d'être la fille de" Marlène Jobert : ses confidences

·1 min de lecture

Son statut de "fille de" a été lourd à porter. Si elle a décidé de s'engager elle aussi dans la voie artistique, en devenant actrice à son tour, Eva Green a souffert d'être trop souvent ramenée à sa mère, Marlène Jobert. Dans une interview accordée à Konbini, parue ce samedi 17 avril, l'ex-James Bond Girl a expliqué pourquoi elle a été "complexée d'être la fille de" : "J'avais ce complexe, peut-être, d'être 'la fille de' et que les gens disent : 'oh là là, ça va être facile, etc.' Et puis, c'est difficile parce qu'on dit qu'on va être acteur mais peut-être qu'on va être nul", a analysé Eva Green.

Afin de savoir si elle était faite pour ce métier, la fille de Marlène Jobert a décidé de "tester la température", comme elle l'a raconté à nos confères : "Je suis allée en cours dramatique Eva Saint Paul, à Paris, pendant trois ans. Je crois que c'est vraiment en faisant qu'on y prend goût ou pas", a-t-elle observé, et d'ajouter : "Ça a été un vrai déclic dans le concret."

Une belle revanche pour celle qui se décrivait comme une adolescente timide : "Je me sentais incapable de parler en public, de faire des débats ou des choses comme ça. C'était quelque chose d'absolument impossible." Et de préciser que le théâtre a justement été salvateur : "Quand j'avais 12 ans, on m'a mis dans une section théâtre, parce qu'on voyait que c'était quelque chose de très douloureux, et ça m'a fait beaucoup de bien."

Dès ses premiers pas à l'école de théâtre, Eva Green a dû faire ses preuves pour montrer (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Sarah Ferguson indélicate après la mort du prince Philip ? Ce choix surprenant
Kate Middleton repérée à Londres avec ses enfants : les internautes fondent
Meghan Markle plus digne de confiance ? Harry mis en garde de faire une grosse bêtise
Pourquoi la reine Elizabeth II ne veut pas assister au sommet familial pour régler le cas de Harry
VIDEO - "La lettre au Père Noël" : Bruno Retailleau sans langue de bois chez Pascal Praud