Euthanasie : Pannier-Runacher favorable à une loi pour "accompagner les gens en fin de vie"

·1 min de lecture

Dans la nuit de jeudi à vendredi, l’Assemblé nationale a débattu pendant 6 heures de la fin de vie après une proposition de loi déposée par le député Olivier Falorni (groupe Libertés et Territoires), visant à créer "une assistance médicalisée à mourir". Mais l’obstruction parlementaire mise en place par une poignée d’élus de droite, avec le dépôt de plus de 2.500 amendements, n’a pas permis aux députés d’aller jusqu’au bout de la discussion sur ce texte avant le temps imparti. Invitée dimanche du Grand Rendez-vous sur Europe 1, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l'Industrie, est revenue sur cet épisode, estimant notamment que la législation française devrait aller plus loin en la matière.

"À titre personnel je suis favorable à une législation qui aille plus dans le sens de celle de la Belgique, c’est-à-dire qui permette d’accompagner les gens dans leur fin de vie, et de choisir", a déclaré Agnès Pannier-Runacher. "J’y suis favorable pour moi et pour mes parents. Je sais ce que cela veut dire d’accompagner une fin de vie. Préserver la dignité dans ces moments-là est un point essentiel de progrès, et j’y crois beaucoup", précise-t-elle. "C’est un débat de l’intime, je le dis avec des convictions", ajoute encore la ministre.

>>Retrouvez le Grand Rendez-vous tous les dimanches de 10h à 11h sur Europe 1 ainsi qu’en podcast et en replay ici 

"Les Républicains ont empêché ce débat de se tenir"...


Lire la suite sur Europe1