Eurozapping : l’Allemagne et la Grèce serrent la vis ; un vote à risque en Espagne

L’Allemagne ferme une partie de ses frontières. Dès dimanche, plus question de se rendre en République tchèque ou dans la région du Tyrol autrichien. Des mesures de restrictions pour éviter l’entrée des variants britannique et sud-africain, détectés sur ces territoires. L’Allemagne ne veut pas prendre de risques supplémentaires, alors qu’elle vient de prolonger un confinement total jusqu’au 7 mars.La Grèce reconfine une partie du pays. Depuis jeudi 11 février, tous les commerces et écoles sont fermés dans la région d’Athènes, sa capitale. Le confinement est prévu jusqu’à la fin du mois de février pour désengorger les hôpitaux. C’est la troisième fois qu’Athènes est confinée depuis le début de l’épidémie. 200 millions de milliards de particules de Covid-19 en circulation En Espagne, les Catalans ont peur de voter. Des mesures drastiques ont été mises en place pour les élections régionales du dimanche 14 février, en pleine pandémie de Covid-19. Les assesseurs sont bien protégés, mais les électeurs, eux, hésitent. Pour éviter toute contamination, 300 000 personnes ont voté par correspondance. Dimanche, c’est le taux d’abstention qui pourrait gagner les élections. Selon un mathématicien britannique, Kit Yates, les particules virales du Covid-19, qui ont provoqué deux millions de morts, seraient si petites qu’elles pourraient toutes tenir dans une canette. Le scientifique imagine même une solution : "Nous pourrions les enfermer dans cette canette et la lancer dans l’espace pour un aller sans retour. Malheureusement, ce n’est pas comme cela que nous allons prendre le contrôle du virus." Pour l’heure, 200 millions de milliards de particules de Covid-19 continuent de circuler sur la planète.