Eurovision : Terence James en lice, découvrez qui est Sophie, sa fiancée et "reine du shopping"

·1 min de lecture

Terence James espère représenter la France à l'Eurovision 2021 en mars prochain avec son titre Je t'emmènerai danser. Mais avant cela, l'ex-candidat de The Voice devra convaincre le public français ce samedi 30 janvier au soir, lors de l'émission de pré-casting, Eurovision France, c'est vous qui décidez! sur France 2. Il peut compter sur le soutien de sa chérie, Sophie Potel, qui a appelé à voter pour lui sur Instagram. Le couple est au cœur d'une semaine médiatique chargée.

La jeune femme de 33 ans était cette semaine dans les Reines du shopping sur M6 avec sa sœur Bénédicte, qu'elle avait pour mission de relooker. Elle avait un budget de 350 euros et un thème à respecter : féminine en pull. Elle a jeté son dévolu sur un pull marinière, un short noir, des bottes de la même couleur et un petit sac rouge. Des choix salués par Cristina Cordula et les autres participantes de la semaine. Les sœurs Potel ont été sacrées reines du shopping et ont remporté 1 000 euros à se partager.

Fan de mode, la belle Sophie est aussi une addict de sport (comme son fiancé). Elle a été sacrée championne d'Europe en natation synchronisée. La culture de la gagne, ça la connaît. Espérons pour Terence, qui a échoué en demi-finale de la saison 9 de The Voice (il était dans l'équipe d'Amel Bent), qu'il hérite de la bonne étoile de sa fiancée et décroche son ticket pour le concours Eurovision.

Découvrez ci-dessous sa chanson Je t'emmènerai danser :

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Lire la suite sur le site de GALA

Prince Charles et Camilla : parés au pire, ils ont une "panic room" dans leur demeure
Arthur : fiascos financiers pour la star de TF1 qui aurait perdu des millions
Felipe d'Espagne : sa fille Leonor, une future reine au caractère bien trempé
"J'ai pas du tout dit ça" : Camélia Jordana revient sur ses propos sur Catherine Deneuve et Brigitte Bardot
"Pourquoi on en fait tout un foin ?" : ce documentaire qu'Elizabeth II a fait censurer