« Eurovision piège à cons » : le coup de gueule d’Éric Brunet

·1 min de lecture

L’Eurovision n’est pas la tasse de thé d’Éric Brunet. L’éditorialiste de RTL a eu des mots durs, vendredi 28 mai, contre le concours qui a couronné l’Italie, samedi 22 mai, et placé la France en seconde place avec sa représentante Barbara Pravi, qui interprétait sa chanson « Voilà ». Dans son billet, Éric Brunet a déploré un concours qui, selon lui, « a perdu sa vocation d’origine : créer des liens indissolubles entre les pays européens ».

La présence de la Turquie, d’Israël, mais également de l’Australie, chiffonnent Éric Brunet qui rappelle que ces pays ne font pas partie du Vieux Continent. Pour rappel, l’Australie avait été intégrée au concours européen musical en 2015 à l’occasion des cinquante ans de l’institution, à titre exceptionnel. Le pays, qui diffuse l’Eurovision chaque année depuis 1983, compte de nombreux amateurs du concours, qui rassemble des chanteurs et groupes tout aussi loufoques qu’originaux. Cette invitation ponctuelle a par la suite été réitérée en 2016, puis en 2017, avant que l’Australie ne soit définitivement intégrée au concours. Une manière pour l’Eurovision, le concours musical le plus regardé au monde, d’asseoir son image à l’international.

Très peu pour Éric Brunet, qui point également du doigt « la dimension géopolitique de l’Eurovision ». L’éditorialiste rappelle qu’en 2014, alors que la Russie venait d’annexer la Crimée, l’Ukraine a bénéficié de nombreux votes au concours musical – qu’elle a ainsi remportée – en guise de soutien politique. En (...)

Lire la suite sur le site de GALA

« Darmanin est un malin » : Jean-Luc Melenchon réagit à la plainte contre Audrey Pulvar
Diana au coeur du scandale de la BBC : comment Netflix entend surfer sur le dossier
VIDÉO - Anne-Elisabeth Lemoine s’attire les foudres des voisins de C à vous
Jeff Buckley : le mystère de sa mort dans la Wolf River
Prince William : le mauvais exemple d'Harry le galvanise

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles