Eurovision : L'emoji "drapeau breton" fait son retour sur Twitter jusqu'au 19 mai

Les drapeaux bretons sont partout... même sur Twitter. Jusqu'au 19 mai, l'emoji à l'effigie du "Gwenn-ha-Du" blanc et noir va faire temporairement son retour sur le réseau social à l'occasion de trois événements concomitants, dont l'Eurovision, ont annoncé, ce lundi, la région, présidée par Loïg Chesnais-Girard, et l'association "www.bzh", qui assure la promotion numérique de la Bretagne sur Internet.

Le lancement de cette campagne sur Twitter, baptisée "#emojiBZH", permet aux internautes de saisir le mot-dièse #emojiBZH pour afficher un drapeau breton dans un tweet, selon l'AFP. "Il y a deux ans (nous avions) 405.000 émojis lancés sur les réseaux lançant une belle dynamique. L'ambition c'est de recommencer l'opération", ont ajouté les parties prenantes à l'opération qui est donc à la croisée de trois événements.

Une chanson féministe inspirée d'une légende bretonne

Le 14 mai prochain à Turin, le groupe breton, Alvan & Ahez, portera, en effet, les couleurs de la France au concours Eurovision de la chanson avec le titre "Fulenn", intégralement interprété en langue bretonne. Les paroles se veulent féministes et défendent l'émancipation des femmes, a répété à de nombreuses reprises en interview le groupe composé d'Alexis Morvan-Rosius, Marine Lavigne, Sterenn Diridollou et Sterenn Le Guillou. L'histoire s'inspire d'une légende bretonne qui raconte la vie d'une jeune fille, Catherine la Perdue, allant danser la nuit tombée à la lumière...

Lire la suite


À lire aussi

"Les mystères de l'amour" : La saison 26 débute le dimanche 16 mai avec le retour d'un comédien perdu de vue
Eurovision : Tom Leeb chantera bien "Mon alliée" le 16 mai prochain (MAJ)
TF1 : La Formule 1 de retour cet après-midi avec le Grand Prix de Monaco

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles