Eurovision: après la cinglante défaite, Londres blâme la sélection, pas le Brexit

·1 min de lecture
James Newman sur la scène de l'Eurovision 2021 - Kenzo Tribouillard - AFP
James Newman sur la scène de l'Eurovision 2021 - Kenzo Tribouillard - AFP

Après la cinglante défaite du Royaume-Uni à l'Eurovision, le gouvernement britannique a refusé lundi de mettre en cause le Brexit et estimé que le processus de sélection de ses candidats au concours musical devait être revu.

Samedi, le chanteur anglais James Newman, qui représentait le Royaume-Uni, a fini dernier de la compétition disputée à Rotterdam, aux Pays-Bas. Sa chanson, Embers, est le seul titre du concours à n'avoir reçu strictement aucun point, ce qui n'était arrivé qu'une fois au pays, en 2003.

"Ne pas penser qu'il s'agisse d'une rebuffade"

Interrogée sur les raisons de ce désamour européen à l'encontre du candidat britannique, la ministre du Commerce international Liz Truss a assuré "ne pas penser qu'il s'agisse d'une rebuffade" ou d'une quelconque vengeance "post-Brexit", quelques mois après le départ du Royaume-Uni de l'union douanière et du marché unique européens.

"Je pense qu'il y a un problème fondamental dans la façon dont nous choisissons nos performances et nos chanteurs pour le concours musical de l'Eurovision", a jugé la ministre sur la chaîne LBC. Elle a affirmé que le pays avait "besoin de plus de compétition pour trouver le bon participant", alors que le Royaume-Uni avait déjà terminé dernier du concours 2019 de l'Eurovision.

Les futurs participants "devraient être plus testés par le public", a-t-elle ajouté, évoquant de potentiels concours musicaux qui pourraient être hébergé sur LBC. Le groupe italien Måneskin, qui a remporté samedi la première place de l'Eurovision, avaient accédé à la notoriété en participant en 2017 à l'émission X Factor.

Article original publié sur BFMTV.com