Eurovision 2022 : Comment Elodie Gossuin est devenue la « you-ou-ou girl » culte du concours

Montage photo : F. Randanne / Captures d'écran YouTube

TELEVISION - Ce samedi, l'animatrice de RFM annoncera les points du jury français lors de la finale organisée à Turin, six ans jour pour jour après sa première apparition (très) remarquée à l'Eurovision

En arrivant dans les locaux de France Télévisions, le soir du samedi 14 mai 2016, Elodie Gossuin est loin de s’imaginer qu’elle est sur le point de devenir une figure culte de l’Eurovision. Dans quelques heures, une liaison satellite la relira à Stockholm (Suède), où se déroule le concours cette année-là, et elle apparaîtra devant des centaines de millions de téléspectateurs pour annoncer les points du jury français.

En attendant d’accomplir sa mission, elle patiente avec les équipes techniques, regarde les prestations des vingt-six finalistes, dont celle du Français Amir, l’un des favoris de cette édition avec sa chanson J’ai cherché. Le refrain en anglais est accessible au plus large public possible, qui reprend en chantonnant l’emblématique « You-ou-ou-ou-ou ». Le genre de gimmick qui s’incruste instantanément dans la tête. Si bien que, lorsque vient l’heure de passer en direct sur fond vert, Elodie Gossuin ne salue pas la présentatrice suédoise Petra Mede d’un convenu « Good evening ». Non : l’animatrice française à la tenue immaculée laisse échapper un « You-ou-ou-ou-ou » aussi enjoué que plein de fausses notes.

(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Eurovision 2022 : Qui se cache sous les masques de loup des Subwoolfers norvégiens ?
Eurovision 2022 : « Être favorite, c’est plus de joie que de pression », confie la Suédoise Cornelia Jakobs
Eurovision 2022 : « Je craignais que le public n’accroche pas car je chante en néerlandais », avance S10

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles