Eurovision 2021 - Barbara Pravi : "Jusqu’à l’année dernière, j’étais serveuse…"

·1 min de lecture

Comment est née Voilà, que vous allez défendre ce soir, à Rotterdam ?

Barbara Pravi : Je l’ai écrite et composée avec Igit (The Voice 2014, ndlr), dans un studio du 18e arrondissement de Paris. Une espèce de cave… Alors, cela m’amuse beaucoup de me dire que cette chanson, née dans une cave, va être entendue par autant de monde. Cela faisait un moment qu’Igit me poussait à faire ce concours. Quand je me suis dit que j’allais finalement y participer j’ai eu envie de créer la chanson qui me représenterait le mieux et que je ne me lasserais pas de chanter, tout en étant adaptée à l’immense scène de l’Eurovision…

Qu’est-ce qui a changé, dans votre vie, depuis que vous avez été choisie pour porter les couleurs bleu-blanc-rouge ?

Tout ! Après six ans de travail, ma musique est enfin entendue et écoutée. Le regard des autres change, et j’ai accès aux médias. Je suis passée de l’anonymat à un début de lumière.

Avez-vous également prévu une chorégraphie ?

Contrairement à ce que l’on a l’habitude de considérer en France, et moi la première avant d’intégrer le concours, l’Eurovision n’est pas un bal costumé ! Comme s’il fallait être le plus extravagant possible ! Moi, je prends le contre-pied de tout ça : je suis seule sur scène, il n’y aura pas de chorégraphie, uniquement des jeux de lumière. Et puis, j’ai de la chance, la maison Dior et Christian Louboutin m’ont habillée pour l’occasion.

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles