Une Europe « sainement laïque » : le pape François fait un rêve

Source AFP
·1 min de lecture
Le pape François, le 20 octobre, à Rome. 
Le pape François, le 20 octobre, à Rome.

« Une Europe sainement laïque, où Dieu et César », c'est-à-dire l'Église et les gouvernements nationaux, « soient distincts, mais pas opposés » : tel est le rêve confessé par le pape François dans une lettre rendue publique mardi 27 octobre destinée à son numéro deux, le cardinal-secrétaire d'État Pietro Parolin. Dans cette missive, le souverain pontife indique aussi qu'il « rêve d'une Europe solidaire et généreuse. Un lieu accueillant et hospitalier, où la charité ? qui est la suprême vertu chrétienne ? vainc toute forme d'indifférence et d'égoïsme »

Mgr Parolin devait se rendre à Bruxelles du 28 au 30 octobre pour participer à la commémoration de plusieurs anniversaires liés à l'Église catholique et l'UE, mais ce voyage a été annulé en raison de l'aggravation de la crise sanitaire due à l'épidémie de Covid-19. « L'originalité européenne réside avant tout dans sa conception de l'homme et de la réalité ; dans sa capacité d'initiative et dans sa solidarité active. Je rêve alors d'une Europe amie de la personne et des personnes. Une terre où la dignité de chacun soit respectée », assure François.

« Mettre fin aux divisions du passé »

Il appelle à l'unité face à la pandémie, rappelant que « le projet européen apparaît [?] comme volonté de mettre fin aux divisions du passé ». « Il naît de la conscience qu'ensemble et unis on est plus forts. [?] À notre époque [?] où prévaut toujours plus l'idée de s'en sortir tout seul, la pandémie se présente comme un tournant q [...] Lire la suite