Mon Europe à moi: «Pourquoi ne réforme-t-on pas la PAC pour aider le bio?»

·2 min de lecture
Une nouvelle PAC devrait entrer en vigueur en janvier 2023. | Red Zeppelin via Unsplash
Une nouvelle PAC devrait entrer en vigueur en janvier 2023. | Red Zeppelin via Unsplash

En amont de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, où les citoyens de l'Union européenne (UE) sont invités à imaginer et à bâtir le futur du bloc, Slate lance le projet «Mon Europe à moi». L'objectif: donner la parole aux jeunes Français et Européens, recenser leurs attentes et leurs demandes, et y faire réagir des spécialistes et des membres du Parlement.

Le bio, grand oublié de l'Union européenne (UE)? À en croire les agriculteurs et agricultrices qui cultivent et élèvent selon les principes de l'agriculture biologique, le compte n'y est pas, malgré les promesses de la Commission européenne. «C'est simple, la Politique agricole commune (PAC) avantage les plus gros exploitants, puisque, plus on a d'hectares, plus les aides sont élevées», explique à Slate.fr Gérald Céleste, maraîcher bio depuis 2014 à Férolles (Loiret).

Le déséquilibre de la PAC, qui représente plus d'un tiers du budget de l'UE, est bien connu: un petit nombre d'exploitations agricoles, principalement céréalières, perçoivent la majorité des aides européennes. Avec ses douze hectares, l'exploitation de Gérald, Aux légumes célestes, ne fait donc pas le poids face à ces mastodontes. «On ne perçoit que 20.000 euros par an, soit 200 euros par hectare, avec la PAC, alors que dix personnes travaillent sur les parcelles, souligne l'ancien ingénieur. C'est un modèle qui favorise les gros, au détriment de l'agriculture biologique qui occupe moins de surface et demande plus de mains.»

Gérald a pu bénéficier d'une aide, le Fonds européen agricole pour le développement rural (qui fait partie de la PAC), pour la construction d'un bâtiment. Mais pour le reste, l'agrandissement de l'exploitation s'est faite «sans l'Europe», l'aide de la PAC représentant «seulement 1% de mon chiffre d'affaires». Surtout, le maraîcher s'inquiète du nouvel accord sur la...

Lire la suite sur Slate.fr.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles