Europa Jazz : le clarinettiste Louis Sclavis en clôture du festival

Annie Yanbékian
Lancée le 9 mars au Mans, l'édition 2017 du festival Europa Jazz s'achève ce week-end avec un final haut de gamme. Le clarinettiste Louis Sclavis se produit samedi lors de la soirée de clôture, en leader d'un nouveau quintette. Il partagera l'affiche de la soirée avec le trompettiste Avishai Cohen. Pour Culturebox, Louis Sclavis revient sur la relation très particulière qui le lie à Europa Jazz.

Parmi les dernières festivités au programme d'Europa Jazz 2017, mercredi soir, deux étonnantes formations, le sextet "Traces", pétri d'une histoire douloureuse, du contrebassiste Claude Tchamitchian, et un excellent quartet formé par le batteur Daniel Humair se succèdent à l'abbaye de l'Épau. Jeudi, deux contrebassistes hors norme, Barre Phillips et Renaud Garcia-Fons, proposent un duo inédit à la Collégiale Saint-Pierre-La-Cour. Certains concerts ont lieu à la mi-journée.

Ce week-end, le guitariste américain Marc Ribot investit la Fonderie en solo. À l'abbaye de l'Épau, le pianiste Roberto Negro présente vendredi son trio "Dadada" (avec Émile Parisien et Michele Rabbia), alors que les deux illustres vétérans de la clarinette basse, Michel Portal et Louis Sclavis, jouent successivement vendredi et samedi. Une création pour le premier, puis une co-production encore très peu jouée pour le second, entouré de jeunes musiciens comme la contrebassiste Sarah Murcia et le pianiste Benjamin Moussay. Culturebox sera présent ce week-end et proposera bientôt de larges séquences live.

Louis Sclavis : "Europa Jazz, un festival essentiel pour ma carrière"

Riche d'une carrière exceptionnelle de plus de quarante ans, Louis Sclavis est un grand fidèle du festival Europa Jazz. Il nous raconte cette relation particulière.

- Culturebox : Vous n'en êtes pas à votre première participation à Europa Jazz. Combien de fois vous y êtes-vous produit ?
- Louis Sclavis : Je n'en sais rien, vu que ma première participation au festival remonte à pas loin de trente ans...

- Pouvez-vous nous raconter votre histoire avec ce festival ?
- D'abord, c'est une relation particulière avec son directeur, Armand Meignan. Une relation de travail, de confiance et qui est devenue, au fil des années, une relation d'amitié. C'est un lieu où j'ai pu présenter pratiquement tous les nouveaux projets que j'ai réalisés. Donc c'est l'un des festivals essentiels pour ce qui concerne ma carrière.

- Qu'est-ce qui caractérise, (...)

Lire la suite sur Culturebox.fr


Europa Jazz souffle ses 35 bougies au Mans
Avishai Cohen, le silence transcendé
Bouquet final de l'Europa Jazz au Mans
Le pianiste Yonathan Avishai dans une "Parade" musicale aux sources du jazz
Banlieues Bleues : McCoy Tyner, Joe Lovano et Louis Sclavis à l'affiche

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages