"Les Européens se droitisent, la gauche se suicide lentement"

·1 min de lecture

" À peine un quart des Européens se considèrent encore de gauche, selon un sondage réalisé dans quatre des principaux pays de l'UE. La faute à une formation idéologique qui n'est plus depuis un moment le parti de la sécurité économique si ce n'est celui de l'insécurité identitaire ", estime le médiologue Philippe Guibert

C’est un résultat trop peu analysé qui en dit pourtant long sur notre situation politique et idéologique. Dans les quatre grands pays d’Europe sondés par le CEVIPOF [Centre de recherches politiques de Sciences Po] pour son Baromètre de la confiance politique en février (France, Allemagne, Italie et Royaume-Uni), 27% des citoyens seulement se classent à gauche ou à l’extrême gauche. Soyons précis : 24% en France - niveau le plus bas -, 26% en Allemagne, 25% au Royaume Uni et 31% en Italie, petite oasis dans cette grande désolation.Un quart donc des citoyens de ces pays s'auto-positionnent à gauche (22%) et à l'extrême gauche (5%). Contre 20% pour le seul " centre ", (jusqu’à 29% en Allemagne, puissance dominante), et surtout 33% pour la seule droite, auxquels il faut bien ajouter les 6% à l’extrême droite (14% ne se classant pas).On peut combiner ces chiffres comme on voudra, le résultat est le même : cette Europe-là penche nettement à droite. D’ailleurs, les gauches partisanes y sont désormais partout des forces minoritaires, d’opposition ou d’appoint : le parti travailliste a subi une lourde défaite aux législatives, fin 2019, face à Boris Johnson....

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer

Rentrée obligatoire le 22 juin : la reculade de Jean-Michel Blanquer sur les précautions sanitaires

Rentrée obligatoire le 22 juin : "On ne pourra pas accueillir tous les élèves"

Ecoles : une distanciation "d'un mètre latéral" entre élèves à partir du 22 juin

Mercredi 22 avril : Collègues et hiérarchie sont persuadés que l'enseignement virtuel est incompatible avec la poursuite du programme