Européennes : Royal jette l’éponge, la gauche en miettes

Libération.fr

La finaliste de la présidentielle de 2007, qui souhaitait unir les partis hors France insoumise, abandonne à force de se prendre des vestes de la part de ses camarades.

Fin de l’histoire : Ségolène Royal ne sera pas candidate aux européennes. L’ancienne ministre et finaliste de la présidentielle de 2007 l’a annoncé vendredi matin sur France Inter : «J’avais posé pour condition, pour répondre à l’aimable pression de mes amis, de pouvoir structurer et créer une convergence et un rassemblement des écologistes, de la gauche, des démocrates, de la société civile également. Ces conditions ne sont pas remplies, puisqu’un certain nombre de partenaires ont refusé, et par conséquent je reprends ma liberté de ne pas être candidate.»

Divisions. Une fausse surprise. Depuis son retour dans le jeu politique national, cet automne, Ségolène Royal, qui rêvait de voir toute la gauche sur le même bateau, a vu les portes se fermer les unes après les autres. Elle a d’abord toqué à celle de Yannick Jadot, tête de liste d’EE-LV, prête à laisser la première place. Refus. Les déclarations hostiles remontant dans la presse des autres camarades potentiels l’ont dissuadée d’aller plus loin. Les raisons de cet échec sont multiples. Les familles divisées se renferment sur elles-mêmes sous le regard des militants et sympathisants qui se désolent face à la situation. Que ce soit les communistes, les écologistes ou Génération·s, le mouvement de Benoît Hamon, ils sont tous (déjà) en campagne. Chaque ego se voit en sauveur, au risque de laisser la gauche en miettes.

Raphaël Glucksmann peut en témoigner. Il a lancé avec sa bande le mouvement Place publique, afin d’ouvrir le débat, réunir la gauche dans les urnes et réaliser un «score à deux chiffres». Récemment, il nous confiait ses difficultés et le sentiment de se retrouver à chaque réunion - que son mouvement organise -, à un rassemblement «d’alcooliques anonymes» qui ressassent les erreurs et les divisions du passé. La dernière en date a eu lieu (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Polémique Jouanno demande à Macron de baisser son salaire
A Nice, tollé contre un projet de vidéosurveillance des émotions
Les robes noires virent au jaune
Gauches Valérie Rabault (PS) trouve Fabien Roussel (PCF) «très très malin»
Justice Le PNF veut un procès Fillon