Européennes : Renaissance lance sa campagne et engage déjà la lutte face au Rassemblement national

Ce samedi 9 mars, Valérie Hayer, tête de liste de Renaissance aux élections européennes de juin prochain, s’est présentée au Grand Palais de Lille, aux côtés de nombreux membres du gouvernement. L’occasion de lancer la campagne en vue de l’échéance électorale, mais également d’affiner la position politique du parti macroniste qui est distancé par le Rassemblement national dans les sondages. « Ces élections européennes sont les plus importantes de notre histoire », a même osé Valérie Hayer pour clôturer son discours.

À lire aussi Sondage européennes : tous derrière et Bardella (loin) devant

La tête de liste, méconnue du grand public, a indiqué sa volonté de « pleinement tenir [sa] place », renvoyant d’un revers de main les accusations de choix par défaut. L'eurodéputée a tout de même été quelque peu éclipsée par d’autres poids lourds de la majorité présidentielle. Derrière un slogan « Besoin d'Europe », Gabriel Attal et ses ministres se sont succédé au pupitre et n’ont pas mâché leurs mots envers le RN, principal rival lors des européennes.

« Populisme » et « trahison » pour définir le RN

« Le mandat du clan Le Pen au Parlement européen se résume à quelques votes, tout au plus. C'est une litanie de trahisons contre les intérêts des Français », a ainsi attaqué le Premier ministre, qui a assuré que le Rassemblement national proposait un « Frexit ». Il a pointé du doigt avec véhémence les leaders d’extrême droite, notamment Marine Le Pen et Marion Maréchal : « Où ét...


Lire la suite sur LeJDD