Européennes : pourquoi le Rassemblement national a pris l'avantage

Jordan Bardella à Chassors en Charente, le 12 avril.

Cette semaine, le Rassemblement national a dépassé la République en marche dans notre sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio. Dans une analyse, l'institut de sondage Ifop note que plusieurs facteurs favorables au parti d'extrême droite sont réunis.

Depuis dix jours, le Rassemblement national bénéficie indubitablement d'une dynamique. Dans le sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio, la liste menée par Jordan Bardella pour les élections européennes a gagné 2,5 points depuis le 24 avril, tandis que celle de la République en marche, conduite par Nathalie Loiseau, n'est pas parvenue à conserver l'avantage. Jeudi, le parti d'extrême droite a devancé la liste soutenue par Emmanuel Macron. Et vendredi, le RN a obtenu son meilleur score depuis le début de notre enquête, le 7 mars, avec 23% d'intentions de vote contre 21,5% pour LREM. Il faut toutefois noter qu'à trois semaines du scrutin, c'est encore l'incertitude qui demeure le fait le plus marquant de cette enquête. L'«intervalle de confiance à 95% de chance» communiqué par l'Ifop est supérieur à 2,1 points, à ajouter ou à retrancher aux scores attribués aux listes LREM et RN. Cela signifie qu'un écart de seulement 1,5 point, comme constaté vendredi, est loin de lever toutes les ambiguïtés. Pour autant, dans sa note d'analyse hebdomadaire, l'Ifop constate la présence de signes favorables au Rassemblement national. «De nombreux ferments ayant conduit à la "victoire" du Front national en 2014 semblent s’installer dans cette campagne», souligne l'institut de sondage, en référence aux élections européennes qui avaient placé le Front national en tête il y a cinq ans, encourageant alors la formation de Marine Le Pen à se présenter comme le «premier parti de France».

Alors que l'intention d'abstention reste très élevée, avec un taux de seulement 40% de participation parmi les personnes interrogées pour la vague publiée vendredi, les sondés se déclarant proches du Rassemblement national(...)


Lire la suite sur Paris Match