Européennes : pourquoi l’ombre de Steve Bannon plane sur la campagne en France

Aurélie Rossignol avec Alexandre Sulzer
Nous avons interviewé vendredi Steve Bannon à l’hôtel Bristol. Il s’est également entretenu avec deux cadres du Rassemblement national

Invité en mars 2018 à participer au congrès du Front national (devenu RN), l’ex-conseiller de Trump semble miser plus que jamais sur une victoire de l’extrême droite aux européennes.


Il crispe le camp Macron et gêne parfois ceux qu’il soutient. L’Américain Steve Bannon, ex-stratège de Donald Trump, est actuellement en visite en France pour appuyer Marine Le Pen dans l’élection du 26 mai. Mais il n’a « aucun rôle dans la campagne », assure ce lundi la patronne du Rassemblement national tandis que l’ex-conseiller spécial du milliardaire énumère ses qualités au micro d’une autre matinale. Et la frontiste d’affirmer qu’elle ne savait même pas qu’il était à Paris ! Or vendredi, lors de son entretien avec notre journaliste au très chic Bristol où il séjourne, Steve Bannon y a également rencontré au moins deux cadres du RN. Côté LREM, on s’inquiète du risque d’une ingérence étrangère dans l’élection.

Qui est Steve Bannon ?

L’ex-patron du site d’informations ultra-conservateur Breitbart News aime son image de stratège de l’ombre et rêve d’être perçu comme l’éminence grise d’une extrême droite internationale unie. Déchu par Trump alors qu’il accusait le fils du président d’avoir commis une « trahison » en rencontrant une avocate russe qui offrait des informations compromettantes sur Hillary Clinton, le sexagénaire n’a jamais vraiment lâché le milliardaire. Et ce malgré sa virulence à son égard.

Il faut dire que pour lui, l’élection de Trump est sa plus belle réussite. Et d’ici le temps de remettre le couvert aux Etats-Unis, Bannon s’est trouvé un nouveau défi : influencer et consolider l’union des populistes partout dans le monde, et notamment en Europe.

Pourquoi s’intéresse-t-il à la France ?

« Parce que de toutes les élections qui auront lieu le week-end prochain en Europe, y compris au Royaume-Uni avec Nigel Farage et son Brexit Party, c’est de loin, ici, en France, la plus importante », a-t-il déjà répondu au Parisien vendredi. C’est en effet très symbolique pour le camp des (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Emmanuel Macron : «Je n’ai pas l’esprit de défaite»
Européennes : les encombrants alliés de Marine Le Pen
Élections européennes 2019 : le comparatif des programmes
Européennes : de Loiseau à l’avocate de Jacqueline Sauvage, qui sont les 34 têtes de liste ?
Européennes 2019 : date, liste unique... tout comprendre au vote