Publicité

Européennes 2024 : Clémentine Autain fustige les « comportements d’exclusion » de Jean-Luc Mélenchon

À quatre mois des prochaines élections européennes, La France insoumise n’en finit plus de se déchirer. Depuis quelque temps, certains frondeurs remettent en question la stratégie politique du mouvement de gauche radicale, à l’image de Clémentine Autain. « Le profil de La France insoumise depuis un an, n’a pas permis d’engranger des forces et nous a coûté », avait notamment déclaré la députée de Seine-Saint-Denis, au début du mois de février. Une sortie qui n’avait pas manqué de déclencher l’ire de Jean-Luc Mélenchon, qui s’était empressé de répliquer en interne. « Les coups dans le dos en période de campagne électorale ne sont pas acceptables », avait-il écrit sur Telegram, accusant Clémentine Autain de « sabotage ».

À lire aussi LFI : Jean-Luc Mélenchon attaque Clémentine Autain et l’accuse de « sabotage »

Interrogée, lundi, sur ces dissensions, l’élue de Seine-Saint-Denis a déploré un « procès en sabotage », jugeant que les « comportements d’exclusions » de Jean-Luc Mélenchon constituent un frein au développement du parti insoumis. « Si on veut faire un score aux élections européennes le mieux, c’est de rassembler La France insoumise et d’essayer de ne pas s’aliéner à l’extérieur des franges qui pourraient nous être acquises », a-t-elle déclaré sur le plateau de C à Vous. « Je pense que nous devons prendre d’abord le bâton de pèlerin pour convaincre pour ces européennes autour de Manon Aubry, et ensuite, prendre le deuxième bâton de pèlerin pour créer les condi...


Lire la suite sur LeJDD