Européennes 2024: Bruxelles multiplie les scénarios autour d'une recomposition de l’hémicycle

Les Pays-Bas donnent le coup d'envoi aux élections européennes ce jeudi 6 juin. Ces dernières vont se dérouler dans les vingt-sept pays de l'Union européenne d'ici dimanche 9 juin. À Bruxelles comme dans les capitales européennes, la fébrilité est tangible car tous sont plongés dans les calculs de majorité post-électorale. La recomposition de l’hémicycle européen est prédite par tous les sondages. Les projections donnent un affaiblissement des partis traditionnels et pro-européens au profit des eurosceptiques, de la droite souverainiste et de l’extrême-droite.

De notre correspondant à Bruxelles,

À 24 heures de l’ouverture des premiers bureaux de vote aux Pays-Bas, on assiste à Bruxelles à une multiplication des scénarios. Les partis traditionnels craignent de perdre leur prédominance historique. Jusqu’en 2014, deux partis possédaient une majorité écrasante : d’une part les socialistes, aujourd’hui S&D pour sociaux-démocrates et d’autre part la droite, c’est-à-dire les conservateurs de centre-droit, le PPE ou parti populaire européen. Sous plusieurs législatures, ils représentaient à eux seuls deux tiers des sièges. Ces derniers ont été obligés de se mettre en coalition avec les centristes et les écologistes mais les sondages ne sont pas réjouissants pour eux.

À lire aussiLes agriculteurs maintiennent la pression


Lire la suite sur RFI