Pour les européennes 2019, le PS a le choix entre s'effacer ou disparaître

Alexandre Boudet
Olivier Faure, ici à Matignon en décembre, a fait acter par le conseil national du PS que son parti se range derrière le mouvement Place publique de Raphaël Glucksmann aux européennes.

POLITIQUE - Leur première sortie à deux a eu lieu comme prévu samedi 16 mars lors de la marche pour le climat. Olivier Faure s'y est rendu quelques heures après avoir fait valider par le conseil national du Parti socialiste le principe d'un rassemblement aux européennes derrière le philosophe Raphaël Glucksmann; celui-ci a officialisé sa candidature ce vendredi sous les couleurs de Place Publique.

Pour le premier scrutin depuis qu'il dirige le PS, le député de Seine-et-Marne a donc opté pour la dilution de son mouvement dans une équipe plus large; "on dira que c'est la première fois mais n'oublions pas qu'en 2014, il y avait des non-socialistes à la tête de certaines listes dans deux circonscriptions", rappelle l'un de ses soutiens. D'ailleurs ne leur parlez pas d'effacement. La direction socialiste préfère vanter l'idée de "dépassement", nettement moins péjorative.

C'est selon Olivier Faure la meilleure option pour réaliser un bon score le 26 mai. Alors qu'une liste PS est créditée de 5 à 6% dans les sondages, le risque de faire moins que 5% et donc de n'avoir aucun élu est dans toutes les têtes. "Je pense qu'avec cette solution, on peut viser les 10%", lance, très optimiste, le député sortant Eric Andrieu, favorable à cette union.

"Un symbole de déclassement du PS"

Mais ce n'est pas tant l'idée d'une alliance qui interroge et crispe certains caciques que le fait de se ranger derrière une personnalité non-socialiste. "Olivier Faure a été élu sur un projet de renaissance du parti et son premier acte, c'est de ranger le drapeau. Il aura beau dire qu'on ne se range derrière personne, c'est comme cela que cela est interprété. On a l'impression qu'on dit 'ne venez pas avec nous, on n'est pas assez bons'", dénonce un ancien ministre qui reproche au premier secrétaire de ne pas avoir pris ses responsabilités alors qu'il avait promis de le faire.

Quelques mois après avoir fermé définitivement la porte de Solférino -un premier symbole qui ne fait toujours pas...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post